Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme un fleuve qui déborde. Toutefois, les courses et les discours du vieux leur rendaient quelque appétit, en assoupissant l’inquiétude et détournant les énergies.

Marie goûta la friture, rissolée à point, et même le veau feuille-morte, dont la casserole close avait concentré les arômes. Ensuite, ils montèrent la côte, à l’ombre d’un grand nuage, qui venait d’atteindre le soleil. Jusqu’à la fin de sa vie, Georges reverra ce nuage. Il était fabuleux, avec des sommets et des gorges de marbre nacré, des plumes de cygne et des poudres argentines. Parce qu’il était là, au moment où le jeune homme conduisait Marie vers le bois de Bellevue, tous les beaux cumulus du futur auront un air de fête amoureuse.


Dans cette clairière, le silence est presque