Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


poudre de nickel ; ils lui parurent si gais qu’elle se mit à rire :

— Chez nous, il y en a dans toutes les prairies, dit-elle. Dès qu’on sort de la ville, on les voit en rang d’oignons. Est-ce que vous ne les aimez pas, monsieur Georges ?

La voix argentée le sortit de son asphyxie. Il dit, un peu rauque :

— Je les aime beaucoup…

Comme une feuille se déplie à la lumière, leurs âmes se dilatèrent. Marie fut simplement contente : Georges fit partie du Hasard, comme le déjeuner, les accidents de la côte et les mousses de la forêt. Il sera le camarade, qui marche à côté de vous ; si le poète et l’amoureux demeurent cachés, elle saura pourtant qu’ils existent et elle y prendra plaisir. Peut-être, Georges a-t-il des remords. Il lui est interdit d’aimer Marie.