Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il fut saisi de cette terreur qui nous prend devant une promesse trop belle. Et lorsque les coups hachés de son sœur cessèrent de lui couper la parole :

— Quelle idée ! bégaya-t-il. Vous croyez donc que je n’aime pas les bois P

Elle eut son rire léger où la malice féminine filtrait à peine :

— Je pensais à votre travail.

— Mais je me repose quelquefois, fit-il avec énergie,

— Et vous reposeriez-vous demain ?

Elle le regardait. Il n’eut que la force de faire oui, avec la tête.


Ce bateau haletait sur le fleuve terreux, gonflé par les pluies. L’amont avait envoyé des herbes sèches, des brindilles et même des branches ; souvent une strie goudron-