Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sire point, mais la seule idée de la désirer me remplit d’effroi. Je songerais plutôt à un cambriolage. Si Charles pouvait voir ce qui se passe en moi, il me trouverait ridicule.

Ce dernier mot authentiquait l’innocence de Georges. Il le répétait avec délices. D’ailleurs, tout le soliloque lui avait rendu l’estime de soi-même, avec un supplément, car il admira sa logique. Mais à peine fut-il rapatrié avec sa conscience, que la terreur reprit : il revit l’autre qui s’emparait de Marie et la couvrait de caresses. La rage et le dégoût lui tournaient le cœur, il criait en sanglotant :

— Salaud ! Salaud !… Et il n’a aucun talent.