Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À peine, et de quel ignoble amour, au prix de celui de Georges…

Il regarda Marie. L’émotion, la poudre de riz, la pénombre, rendaient sa pâleur tragique ; une vie surprenante et triomphale animait son regard. Son corps étendu dans le fauteuil, immobile et couvert de l’étrange pelage que font les vêtements de la femme, avait un prestige sacré. Georges vit, tout à coup, Charles se pencher sur ce visage blanc et étreindre cette taille étendue. Il n’en vit pas davantage ; une bête fauve lui mangea le cœur. Heureusement, l’apparition s’évanouit en quelques secondes. Il ne resta que le mystère charmant de Marie, ce petit univers de beauté et d’espérance dont la lueur se répandait devant les ténèbres du grand univers.