Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’avez fait ?… Ne voulez-vous pas me l’écrire ?

Elle lui tendit un petit encrier plein de boue et une feuille de papier à lettres. Quand il eut inscrit l’acrostiche, elle vint se pencher sur la table et balbutia :

— M… A… R… I… E ! C’est vrai ! Oh ! c’est vrai ! Ce sont bien les lettres de mon nom… Comme ce doit être difficile.

Elle récita, toute tremblante de joie et d’étonnement :

Mettez-vous là, que je me mire
À la clarté de vos beaux yeux,

Puis, elle se recroquevilla dans un fauteuil et demeura rêveuse.

Content de ce que l’amitié lui imposât le silence, il était plein aussi d’une dédaigneuse révolte. Charles aimait-il seulement ?