Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


assis au fond de sa chambre, le cœur flétri à et la tête claquante, tandis qu’un crépuscule couleur de hareng saur se peignait sur la vitre, il se mit à pleurer. Il aurait voulu mourir. Il était vieux, terni, encrassé, fuligineux… De tant d’efforts, cinq vers seulement faisaient un ensemble :

Mettez-vous là, que je me mire
À la clarté de vos beaux yeux.
Riez pendant que je soupire,
Il faut ensuite me sourire
Et vous ferez un bienheureux !

— Ah ! ah ! gémissait-il… Ce n’est pas même du Gallet… pas même du Gallet ! Ça ne vaut pas seulement :

Sèche donc tes larmes
Puisqu’il faut nous quitter !

Il fit mine de se briser la tête contre la muraille. Après deux petits coups d’essai.