Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec tant de précision songer à Mme Pivon nue ni à Doña Sol relevant ses jupes jusqu’au jardin d’ombre. Toute sensualité parut abolie mais les émotions étaient continues : neuves et singulières, elles mettaient Georges dans un monde recréé ; elles intéressaient toutes les parties du corps. Certaines agitaient les doigts ou la paume ; d’autres frappaient la cheville ou le jarret ; parfois les tempes se glaçaient ou bien le creux du dos ; il y avait de grands frissons qui partaient de la base du crâne, d’autres qui parcouraient le diaphragme. Et, bien entendu, le cœur jouait son grand rôle. Il était là, comme une créature spéciale, une âme aux abois, à qui les plus légères circonstances donnaient une forme imprévue d’angoisse. Il donnait une conscience obscure même au sommeil sans rêves. Cons-