Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’un optimisme burlesque ; son ambition s’exhalait en nuages ; il ne discernait plus la platitude et la cocasserie des anecdotes, ni les traits à l’eau-forte qui, parfois, rayaient les destins futiles.

Les récriminations des chanteurs comportaient une quantité incroyable de termes péjoratifs. Ils calomniaient avec mysticisme, clouaient religieusement l’ennemi au poteau, et tant d’infamie s’avérait inoffensive. D’ailleurs, leurs esprits rebondissant en quelque sorte sur eux-mêmes, ils réhabilitaient, à dix minutes d’intervalle, ceux qu’ils avaient noyés sous les vomissures. Malgré tout, c’étaient de bonnes gens : beaucoup avaient la paume généreuse et se montraient aussi gentils avec le camarade dans la détresse que rosses avec celui qui les surmontait.