Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mieux définir comme à mieux se tromper sur elle. Ainsi la petite exaltation du jeune homme satisfaisait aux deux grands besoins de l’action humaine.

Georges s’encourageait dans sa voie. Son amour serait violent et sans issue. De même qu’il aimait à dire, quand il ouvrait un livre ou saisissait sa plume : « J’ai sanctifié ma solitude », de même se plaisait-il à répéter : « Je me couperais le poing plutôt que de trahir Charles ». Quand il recevait un billet de son ami, cette phrase prenait de la grandeur et comme un air de vérité éternelle.

Rien ne ressemblait moins au désir que les sensations qu’il goûtait auprès de Marie. C’étaient tantôt de petits saisissements, tantôt une extrême langueur, tantôt un flux d’héroïsme. La seule volonté qu’il conçût