Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jupes d’une très petite femme. Quelque chose sépara les jeunes gens. C’était cette gêne des gens qui ont le désir de se plaire et qui ne peuvent recourir à aucun souvenir commun. C’était aussi ce besoin de remettre à plus tard le premier partage d’impressions, qui n’est facile qu’entre créatures d’une simplicité excessive. Georges se sentait un désir très vif de revoir Marie comme s’il l’avait déjà quittée. Mais il lui était impossible de rester davantage :

— Voilà ! dit-il… Je vais aller travailler.

— Je vous vois devant votre table ! fit Marie avec recueillement.