Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Excusez-moi, dit-elle. Je suis une bête ! Figurez-vous que j’ai suivi un cours pour me grossir la voix… rue du Marché-aux-Patriarches : c’est une rue où il n’y a que deux bâtisses. Le professeur Macamulli m’inspirait confiance parce qu’il avait une voix de canon. Les murailles de sa chambre étaient pleines d’entonnoirs et de boules en caoutchouc ! « C’est moi-même qui me suis donné une voix, disait-il… zé parlais plus bas qu’oune souris… » Macamulli me fourrait des entonnoirs et des boules de caoutchouc dans la bouche. Je chantais, il poussait des cris d’enthousiasme et marquait des points sur un papier quadrillé. Ces points formaient une ligne et cette ligne montait.

« Elle monntéra zusqu’au haut, disait-il, zusqu’au ciel ! À moi le contentément et à vous la gloirre ! »