Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme de la luzerne, fortunes ramassées comme des cailloux.

« Si elle était plus forte ! »

Marie a longtemps espéré un remède, une méthode, une opération, qui réaliseraient ce miracle si simple. Quelques hommes, par la voie des journaux, le lui promirent. Il y a l’électrophone de Mac Millan ; la brochure de Joachim Jagerschmidt qui enseigne des procédés infaillibles ; les trente exercices « physiologiques » du professeur Macamulli qui font pousser la voix comme un légume.

L’électrophone coûte deux louis ; la brochure soixante-quinze centimes ; les trente séances du signor Macamulli cent cinquante francs.

En y songeant, Marie se mit à rire. Georges, persuadé qu’elle se moquait de lui, devint rouge.