Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/29

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se repose. Rien ne presse. La reprise du Petit Duc tiendra bien encore l’affiche pendant trois ou quatre semaines.

Elle se mit à rire :

— Vous savez que j’ai un rôle ? Oh ! tout petit, mais un rôle ! Barnet file en Belgique. Je jouerai Mirette. Trois répliques et un couplet ! Oh ! je suis contente |

Elle passa la main dans ses cheveux. Cette main était maigrichonne et pourtant séduisante ; on apercevait un peu d’avant-bras, passé au lait de Ninon. Le cou aurait charmé Georges, s’il avait osé l’apercevoir : rond comme un bouleau, il mêlait, d’une façon singulière, des cantons voluptueux et des districts enfantins. Georges n’osait pas le considérer. Il ne le voyait que par éclairs, presque comme s’il le devinait.

— Est-ce que vous chantez ?