Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de l’épaule le hissa au-dessus de sa tête, d’un geste puissant.

— Voilà ! conclut-il avec modestie.

Elle lui eût vu emporter une voiture, avec le cheval, qu’elle n’aurait pas ressenti un ébahissement plus profond. Elle plaignit Charles, dont les muscles étaient grêles :

— Vous ne devez avoir peur de personne ? s’enquit-elle.

Il leva les épaules, indulgent ; Marie songea qu’il écraserait, comme une mouche, Farmin, le baryton, et le metteur en scène de l’Opérette, qu’elle exécrait.

Il y eut une pause. Georges rejetait l’un après l’autre les bouts de phrases qui émergeaient dans sa conscience. À la fin, il demanda :

— Vous n’avez pas répété, aujourd’hui ?

— Non. Mme Farmin a la grippe et Farmin