Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/251

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et la victoire remplit sa poitrine ; un hymne chantait en lui, tandis qu’elle pleurait, envahie d’un regret obscur, heureuse toutefois, parce qu’il n’avait guère d’expérience et qu’avec un peu de ruse, elle saurait le retenir.