Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Grâce ! gémit-elle. Que ce ne soit pas ici… pas maintenant |

Il la tenait avec violence ; un instinct de guerre pénétrait l’amour ; le rude besoin de vaincre dominait la douceur de l’étreinte.

— J’ai trop peur de vous perdre ! dit-il, les mâchoires serrées.

— Je vous en supplie, Georges… je vous jure que vous ne me perdrez pas… mais pas ici… pas ce matin !

Elle s’accrochait à lui, dans un mouvement qui participait de la défense et de la soumission ; elle répétait d’une voix tendre, humble et touchante :

— Pas ce matin encore !

Mais la sentant faible et douce dans ses bras, et n’écoutant plus que son désir exaspéré par l’orgueil, il la souleva, la posa sur la couverture roussâtre et l’immola…