Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mensité des êtres : leurs aurores, leurs tempêtes et leurs naufrages.

— Il faut m’inscrire cette pensée, dit Marie, j’ai si peur de l’ennui. Quand je suis longtemps seule, j’ai envie de m’enfuir.

— Moi, fit dogmatiquement Georges, je ne m’ennuie jamais !

— Que faites-vous ? Vous lisez ? On ne peut pas toujours lire.

— Je pense !…

— C’est vrai, murmura-t-elle, vous pensez !

Ses yeux avaient repris leur dimension normale. Elle avait un sourire de petite fille distraite. Sans projets, sans doctrine, sans calcul, se heurtant à toutes les incohérences de la vie, à ses décors jolis, piteux ou biscornus, elle picorait l’amour et ne sentait pas le temps qui commençait à la pousser