Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


yeux innocents et son visage sincère. Elle était vêtue d’un vieux corsage orange et d’une jupe bleu de nuit, Une lueur blonde se mêlait à ses cheveux bronze, et son joli cou, mince mais rond, mais blanc, d’une pulpe de pétale, enchanta les yeux de Georges :

— Grands dieux ! exclama-t-elle… C’est vous |

Elle chavirait d’étonnement, de confusion et de joie.

Pendant quelques minutes, ils ne réalisèrent pas la réalité. La distance était encore dans leurs fibres. Ils s’ébahissaient d’être réunis dans cette ville où tous deux aboutissaient pour la première fois, dans ce boulevard lointain, dans cette chambre où la Petite Gironde traînait sur la table de nuit.

— Comment êtes-vous venu ? chuchota-