Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Charles chassa les images confuses, Georges connut une fois encore le vain supplice de la jalousie rétrospective… mais un regard sur la lettre changea tous les clichés : « Je ne pense qu’à vous… à vous seul… je vous admire et je vous aime… je suis votre petite chose, si vous voulez toujours de moi ! »

Comme le souffle du matin, à la campagne, ces mots lui rafraîchissaient toute l’âme et le guérissaient merveilleusement. Il comprit presque le cœur de Marie, ce pauvre petit cœur perdu dans le vaste monde, ce petit cœur faible qui avait cherché éperdument l’amour et ne l’avait point trouvé. Mais il ne comprit pas pourquoi elle lui avait résisté, quelle mélancolique expérience la persuadait d’attendre et de faire attendre !