Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


délivrance, et il avança vers elle pour la saisir. Elle se sentit vaciller, mais se déroba, ce qui suffit à intimider le jeune homme. Il gémit :

— Et maintenant ! Maintenant… vous m’avez oublié !

— Oublié !… Est-ce qu’on peut oublier de telles choses !

— Enfin, vous ne m’aimez plus !

S’il avait eu plus d’expérience ou plus de flair, les prunelles éblouies de la femme et sa bouche tremblante d’amour lui eussent livré sa proie.

— Il ne faut pas encore me le demander… je ne le sais pas moi-même ! fit-elle d’une voix brisée.

Elle vit la peur, l’angoisse, le désespoir se répandre sur la face de l’homme, et cela lui causait ensemble une allégresse ravis-