Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le passé et le futur précipitaient les pauvres échines au long des trottoirs. Une petite femelle poursuivie par sept mâles filait, ardente et frêle, devant la horde, cependant que, devant Saint-Jacques-du-Haut-Pas, un dogue paterne entreprenait une vieille chienne pelée, aux paupières liquoreuses.

Le jeune homme subit un peu de l’exaltation des frères quadrupèdes. Les bonnes qu’il frôlait, en proie au vent tiède, à l’air trop léger, où l’orage demeurait latent, il eût voulu les poursuivre. Elles étaient tout l’amour à ce moment où l’amour était tout le vague des sexes.

Il aurait accepté jusqu’à cette fille mafflue, au nez en macaron, avec de braves mains gercées, mais aux prunelles claires de jeunesse. Il entrevoyait, dans les petites cavernes, sous les toits, un bonheur prompt