Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


filtrait dans le regard à moitié dissimulé. Puis, elle eut un geste d’impuissance signifiant « qu’ils étaient trop ».

— Comment que je ferais, dit-elle… vous êtes tous après moi !

— Les autres ne vous aiment pas comme moi, Stéphanie.

Il prononçait avec dilection ce nom presque ridicule qui, peu à peu, était devenu charmant. Le rire reprit, plus bas, qui faisait trembloter la gorge brillante :

— C’est ce qu’ils disent aussi !

— Écoutez, Stéphanie, si je pouvais seulement vous parler cinq minutes.

Il avait un visage si suppliant, qu’un peu d’émoi passa sur la rustique.

— Cinq minutes ! répéta-t-elle, en chiffonnant son tablier rouge.

Elle hésitait.