Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/181

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Dix-huit cents !

« Ça y est ! » songe vaguement le jeune homme. « Ils nous défoncent ! »

Les mitrailleuses claquent intolérablement, les volcans pullulent, des larves humaines refluent, fuyards épandus en masse amorphe, organismes harassés, caducs, presque séniles, — que poursuivent les gémissements des blessés. Une explosion enveloppe l’artillerie, une fumée jaune et noire avec les serpents de la flamme : des membres s’éparpillent, une tête roule parmi les entrailles, le sang et les canons désarticulés : toute une batterie est anéantie, hors deux spectres sanglants qui rampent parmi les décombres… Et toujours les bêtes verticales affluent, troupeaux terreux, vagues incohérentes, tandis qu’on voit poindre, dans l’incendie, d’autres hordes, des êtres grisâtres