Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/170

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la poitrine de Georges. Il chavira quand la petite main chaude, comme un oiseau fabuleux, se posa dans la sienne…

Rose ne manifestait aucun trouble. Quand ils se furent assis, un mot d’Émile la fit rire avec l’insouciance sans bornes d’une fillette. Elle se renversait en arrière ; sa gorge s’enflait ; Georges se disait avec détresse :

« Pense-t-elle seulement à mon départ ? »

Tandis qu’il songeait ainsi il sentit un pied contre le sien, une jambe qui le frôlait. Alors, tout fut bien. Ce contact obscur eut l’ardeur et la douceur des plus profondes caresses. Et comme elle se remettait à rire, lui-même eut un rire nerveux, un rire que la misère récente faisait encore rare mais tout chargé de joie et rayonnant de gloire.