Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et elle exclama, très haut :

— Oui… je dirai à Émile que vous viendrez le voir… Bonjour, m’sieu !


L’inquiétude de Georges changea de direction. Il fut semblable au malandrin qui redoute les preuves de son crime. Quand il songeait aux passages passionnés de sa lettre, il avait des sueurs froides… À travers ses craintes, il cherchait à se figurer les impressions de Rose, et il comptait d’autant plus sur les vers qu’il avait cru devoir imiter à la fois Ronsard, Verlaine et Henri de Régnier… Par intervalles, la jalousie revenait à pas furtifs et l’attaquait par derrière : alors, l’habileté de Rose à l’aborder, à conduire la conversation et à saisir la lettre lui devenait intolérablement suspecte. Était-il possible qu’une « débutante » eût cette pos-