Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/147

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leurs mains les cités détruites ! exigeait Émile,

— Il le faut ! approuva Georges mollement et les yeux tournés vers la porte.

Il cherchait un « truc » pour voir, ou entrevoir Rose…

— Tes parents vont bien ? demanda-t-il, ce qui étonna Émile, car jamais cette question ne se posait entre eux.

— Très bien ! dit-il, avec un embarras qui effraya Georges : contre toute évidence, il Y vit un soupçon.

Mais Émile, avec une subite véhémence :

— Dans six mois, moi aussi, je veux m’engager.

Cette promesse réchauffait sa conscience, il regarda son ami avec une admiration plus allègre, et qu’il brûla de faire partager :

— Veux-tu voir maman ?