Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/129

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


consentement ne suffit pas ? Il cherchait à se rappeler des textes ; d’autre part, il se figurait l’horreur des parents et d’Émile. Pour eux, elle était une enfant, et rien de plus.

« Non ! non ! ce n’est pas une enfant ! » songeait-il, tandis qu’il couvrait de baisers le visage de la fillette.

Et il lui semblait que, s’il pouvait seulement la posséder, peu importerait de mourir…

Les yeux de Rose étaient clos ; elle respirait à peine ; une langueur extraordinaire se mêlait sur son visage à l’ardeur sensuelle ; sa personnalité s’évanouissait sous des énergies implacables, forcenées et ravissantes.

Georges s’agenouilla ; et, ayant longuement baisé la cheville de Rose, sa bouche remonta le long du bas turquoise… La petite dentelle du pantalon fut un obstacle sacré,