Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/128

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les lèvres. Qu’elles étaient jeunes, qu’elles étaient neuves, avec leur mouillure pareille à celle des petits enfants, leur pulpe ensemble ferme et fondante :

— Rose ! Rose ! gémissait-il… si tu savais !

Elle goûtait les baisers, comme un fruit inconnu ; elle ne savait même pas qu’il fallait les rendre. Et cela dura. Puis, comme si elle recevait une leçon subite de l’inconnu, elle attacha sa bouche à celle de Georges.

Il sentit que, s’il le voulait, elle s’abandonnerait comme une petite biche au fond des bois ; un torrent de sang aveugla sa volonté et toutefois, à travers le saisissement de la volupté et de la victoire, il pensait à l’âge de Rose, il se disait avec effroi :

« Elle est trop jeune… »

L’était-elle ? Est-ce que, à quinze ans, leur