Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sique. Un air léger frissonna, jailli de très loin, d’un pays de brume, de feuilles vertes et d’étangs.

Il écouta, pris de langueur, en contemplant la fillette. On n’aurait pu dire si elle était adulte. Son visage fin décelait l’étourderie de la gamine et le rêve confus de la femme. Sa hanche était faite, son cou déjà paré de la grâce des belles. Subitement, il en fut amoureux. Il en fut amoureux comme s’il avait vécu une saison auprès d’elle — aussi amoureux que de Marie, quoique d’une façon extraordinairement différente. Et il épiait, exténué de tendresse, la petite jupe frémissant aux gestes de Rose et l’éclair argentin des dents.

— C’est joli, s’pas ? murmurait-elle… Je passerais des heures à l’écouter… on dirait de l’eau qui chante !