Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Elle a subitement grandi », songeait Georges.

— Quel âge avez-vous, maintenant ?

— Je viens d’attraper quinze ans !

Et donnant un petit coup sur sa jupe courte :

— Si vous pouvez attendre trois quarts d’heure, vous verrez Émile.

— Vous avez joliment grandi !

— S’pas ? fit-elle avec joie… Je grandis comme un arbre… Entrez là-dedans, m’sieu Georges.

Elle montrait un petit salon rouge, où s’entassaient toute espèce de vieux meubles.

— Là ! fit la petite Rose… Posez-vous… je vais vous jouer un carillon…

Georges s’enfouit dans une bergère, qui tremblait sur ses pattes, pendant que Rose prenait, sur la cheminée, une boîte à mu-