Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


taines que les sauvagesses cachées dans la brousse. Si encore il avait prétendu choisir ! Une laide lui suffirait bien, pourvu qu’elle ne fût pas repoussante.

Il allait, sa timidité tendue devant lui comme un grillage de fer, à la recherche de la formule libératrice. Les femmes demeuraient des substances insaisissables, inaccessibles. Il songeait à Marie avec un désespoir intolérable. L’avait-elle vraiment oublié ? Où vivait-elle ? Que dirait-elle si elle savait qu’il venait de s’engager ?

Une petite brume jaunâtre s’empara de la ville et Georges, ayant longtemps erré à la poursuite de celle qu’il n’atteindrait pas, se vit dans la rue Gay-Lussac, devant la maison où habitait un camarade nommé Bonnefoz, sur qui, de tout temps, il avait exercé une influence flatteuse.