Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DEUXIÈME PARTIE


I


Après une heure d’intervalle, les mots sonnaient encore aux oreilles de Georges :

— Bon pour le service armé !

Tantôt c’était une délivrance et tantôt une condamnation… Il semblait pourtant que la délivrance l’emportât. Depuis le 2 août, Georges souffrait d’une incertitude chronique qui, par intermittences, devenait aiguë. Le regard des femmes le remplissait de