Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/113

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pupille énorme et qu’un nuage s’abattait sur le regard… Oui, ses yeux étaient ainsi, pendant que le sculpteur…

— Tu verras mes esquisses, persévérait Charles. Car je n’ai voulu faire que des esquisses. Oui, mon cher, voulu. Je sentais qu’il ne fallait pas aller plus loin, que je fabriquais les matériaux de mes œuvres prochaines, mais essayer de réaliser une de ces œuvres, ç’aurait été une incommensurable jocrisserie !… Qu’est-ce que je faisais là-bas, en effet ? Je me renouvelais… j’étais en état de fermentation, d’éclosion, de bourgeonnement. Dès lors, rien d’achevé ne pouvait sortir de moi. Mon devoir était de noter seulement les métamorphoses successives de mon individu… afin de les retrouver plus tard, lorsque, l’évolution étant accomplie, je serais en état d’équilibre… En un mot, je