Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/110

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Je suis rentré hier soir, à l’improviste !… C’est un de mes systèmes… Eh ! bien, qu’est-ce que vous avez, antique camarade ? Êtes-vous stupéfait ou stupéfié ? Ou l’un et l’autre ? Ou encore, auriez-vous gravi l’escalier d’une guibolle trop véloce ? Ou même sortiriez-vous des flancs augustes d’un mannezingue ?

— Alors, fit Georges d’un air abruti, vous êtes rentré hier soir ?

— Par le train de neuf heures trente-trois minutes, psalmodia Charles. Et entrez donc dans le palace.

Georges entra sans regarder Marie. Un calme léthargique lui était venu ; des cloches aiguës lui sonnaient dans le crâne : comme il serait agréable de mourir après avoir assassiné les deux autres !

— Vous êtes content de votre villégia-