Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/11

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PREMIÈRE PARTIE


I


— Je pars pour six semaines… j’ai besoin d’une solitude absolue… Absolue !

Le sculpteur Charles Malleverne marcha, s’arrêta et marcha encore, avec un air de voyageur partant pour le désert. Georges admira son front lisse et la façon séduisante dont retombaient ses cheveux.

— J’ai découvert ceci, reprit le sculpteur : je suis intoxiqué. Intoxiqué par les