Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/109

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leur émotion ; une petite créature, leur semblable, donnait une signification féerique à tous les actes ternes, moroses et monotones de leur court pèlerinage…

Tout en rêvant, il parvint à ce palier où tant de fois il avait eu la fièvre et il agita le pied de lapin.

Les gonds grincèrent, une lueur pâle encadra la tête de Marie, puis il apparut une barbe brune, un visage jovial :

— Bonjour, vieux frère |

La voix de Charles retentissait comme un aboiement et sa main, saisissant celle du visiteur, donna une secousse cordiale.

« Cela va s’expliquer… il vient de revenir ! », s’affirmait tout bas Georges.

Il tremblait d’horreur ; sa personne semblait faite de fragments douloureux, Charles criait :