Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cœur était plus belle ! Les ramures frissonnaient encore et leurs ombres se déplaçaient autour du visage pâle et des grands cheveux de Marie… La fleur rouge ! Elle était là-bas, dans une de ces petites cavernes fragiles, où les humains répètent inlassablement leurs gestes. Rien que de la savoir là-bas, toute chose devenait passionnante.

L’heure approchant, Georges longea la fontaine de Médicis, tourna le Panthéon et parvint dans la rue des Boulangers. Il monta l’escalier noir et vieux, qui vacillait pour avoir porté des générations d’hommes. C’était un escalier d’amour. Georges songeait aux milliers d’hommes qui l’avaient gravi avant lui, et dont la poitrine battait comme la sienne. Ils montaient au craquement des marches, ils allaient vers les lèvres fraîches, ils remplissaient ces pénombres moisies de