Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/97

Cette page n’a pas encore été corrigée


4 mijïm.)Traifon,îci n'a quel'emfyllabes. Cette E. gare fc nomme en Grec Wrmmwémm.


Comme un Chevreuil, quand le printans destruit
L’oiseus crystal de la morne gelée,
Pour mieus brouter la fueille emmielée,
Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit:

Et seul, & seur, loin de chiens & de bruit,
Or sur un mont, or dans une valée,
Or pres d’une onde à l’escart recelée,
Libre, folâtre ou son pié le conduit.

De rets ne d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est attainte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang:

Ainsi j’alloi sans espoir de dommage,
Le jour qu’un oeil sur l’Avril de mon âge
Tira d’un coup mille traits dans mon flanc.

MVRET Commmcbamil.) CeSonet ef‍i ailè' de foi. Il cl} prins de Bembo,qui ecnt ainf‍i. ' si tnmf‍inlævi du 'l 7m af‍imcn‘o îam; dt: loto a lef‍ingionmigh‘nri, Vfrir :nlgiama la munhf‍inri Delf‍in dolce bof‍ibmo 41m Mtio: Et ban-f‍lop" 'vn “Relief lange 'nl n'a, Lontana Il: le mfe; Je Paf‍ian' cjrjêpumpafundo herbntn ef‍im', , _ ommque Ri» 14 porta il fuo def‍in: ’ ’ Ne 'mpe difamnm d‘ail?" ingcnm, s: non gmmd’ :114 c‘ colts in mezgoiilf‍inm