Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/93

Cette page n’a pas encore été corrigée


Quel dieu malin, quel astre me fit estre
Et de misere & de tourment fit plein ?
Quel destin fit, que touiours ie me plain
De la rigueur d'un trop rigoreus maistre ?
Quelle des seurs à l'heure de mon estre
Noircit le fil de mon fort inhumain ?
Et quel Démon d'une fenestre main
Berça mon cors quand le ciel me fit naistre.
Heureus ceus là dont la terre a les os,
Heureus ceus là, que la nuit du Chaos
Presse au giron de la masse brutale :
Sans sentiment leur repos est heureus,
Que fuis ie, las ! moi chetif amoureus,
Pour trop sentir, qu'un Sisyphe ou Tantale ?
 

MVRET.

  • 9

V

Quel dieu malin.)U fe plaint de fa condition, laquel- le il dit eftre fi ini [érable, que les mors font heureus au pris de lui. Quel dieu malin. Selon l’opinion des an- ciens, qui difoicnt des dieus les vas eftre bons , les au- tres mauuais. Qu "J afire.) Selon l’opinion des Ma- thématiciens, qui difont L’heur & Je malheur des hom mes dépendre de ^influence des aftres. Quel dtfiin.) Selon les Stoiques,qui difent toutes chofos edre gou- uernées parle deftin. D'yntrop rigoreus ma iftre, D'A - mour. Que lle des Saurs , Des trois Parques filles de la nuit, par lesquelles la vie des hommes cft filée, félon les Poètes. Etcnsel Démon. )Demons , en nôtre reli— gion,font apeldsoons ou mauuais anges. La nuit du Chaos, L’ofcuritc. ^tu giron de fa mafle brutale ,) Dans la terre. Qu' yn Siffle, ou Tantale, l’en ai défia parld ailleurs.