Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/85

Cette page n’a pas encore été corrigée


qu’ils viuenc &font au ciel par rêne lVn apresl’au- trc.Homere,

Kw Ah/iiv siJ^o^nhu

Hf’«boT uufxçu) Kyc7\ S o<P(ov' lyelvocTv t«T/«, Kccroyc 6 nrwt^ov.b, Tvfiyadov IïoWt vaut. Tout ip<pco{(oovr *X7\Xf* <pvfi{oû! oiec,

OÏ Kâù vlfâtv yytTt/uHntçof Z wvor t'orne A *,077 u£* {!)V<r ' tTlçvfilç 01 , « *071 f'ivri ^ Ttfly oefftv, 77 uh y \t\ôyxec(riy icx Gtoîtt.

OEbalie cft vn païs de Grece,autrement dit I aconie.


Cent fois le jour, a part moi je repense
Que c'est qu'Amour, quelle humeur l'entretient,
Quel est son arc, et quelle place il tient
Dedans nos cœurs, et quelle est son essence.

Je conoi bien des astres, la puissance,
Je sai, comment la mer fuit et revient,
Comme en son Tout le Monde se contient:
De lui sans plus me fuit la conoissance.

Si sai-je bien, que c'est un puissant Dieu
Et que, mobile, ores il prend son lieu
Dedans mon cœur, et ores dans mes veines:

Et que depuis qu'en sa douce prison
Dessous mes sens fit serue ma raison,
Toujours malsain, je n'ai langui qu'en peines.

MVRET.

C'ftfoti leiour.) Il dit.qu’il ne peut aucunemctcom- predre la nature & l’eflfence d’Amour: mais que quant a la puiflàncc d’jcelui,il l'experimcntc afles en loi.