Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/62

Cette page n’a pas encore été corrigée


. ■

58 LES AM0VR5

nccèflTâîrcsa viare.Iamais n’eftoicnt malades : jamais - n’ënuieilliflbient.Maisluppitermita Pandore (ainfi fe nommoit cette femme , pour la caulè que ie dirai a. prcs)vn vafe en main, dans lequel étoient enclofes les maladies , la vieillefîe, les foucis , & telles autres ma» lheurtés:puis l’cnuoia vers vn frcrc a Promethée , qui fe nommoit Epimethée,homme de peu de fens.-lequel (combien que fon frere l’auoitbien auertide nere- ceuoir aucun prefent , qui vint de Iuppiter) toutesfois fe lailfa par elle abufer Sc la receut . Elhnt rcceue , el- leouuritfon vafe , Sc remplit toutle monde desdro- gues , que i’ai ci deflïis nommées. Hefîode le raconte au liure nommé , Les euures & les iours . La raifon de ipn nom eft telle . Pan en Grec lignifie , tout : Sc do- roneftadire vndon, ou prefent. Elle fut donc nom.

• niée Pandore , par ce que chacun des dieus lui fit va prefent.Heüode,

-ovèjuiwil vvounx

n<Xt/J [ ÜfHV,OTJ ZmV7lf 0 \ljXTliet J'ôifMCT tX097lf av tJ'Zigu.oocu, zny.' «v/f «mv à\<J>nçifaiv.

Lors Ufollin.) Ainfîdifoiétles vieus Frâcois, non pas^ Comme nous dilbnsauiourdhui, Apollô, Or fon ora^ cle,)h puiflance de prédire les chofes futures.il regar- de a cette aucicne Cafîàndre , qui, comme i’ai dit , fut prophète, venus fon r u ) Vcnusèft apellée par Ho- race, la riante,

Sine th mauis JZrycina riienf Hefiode l’apelle «Jx^a/H^c’eft adireaîme-ris:com«  bien qu’aucuns baillent vne autre expofitiô a ce nom, laquelle efl moins honefte que vraiflëmblable. Dion Htfabeaute'.) Dione, félon Homere au cinquième de l’Iliade.eft mere a Venus . Hefîode en la Théogonie, la nombre entre les Ny mphes de l’Océan. Tithon f*

T