Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/61

Cette page n’a pas encore été corrigée


Quand au premier la Dame que j’adore,
De ces beautés vint embellir les cieus,
Le fils de Rhée apella tous les Dieus,
Pour faire encor d’elle une autre Pandore.

Lors Apollin richement la decore,
Or, de ses rais lui façonnant les yeus,
Or, lui donnant son chant melodieus,
Or, son oracle et ses beaus vers encore.

Mars lui donna sa fiere cruauté,
Venus son ris, Dione sa beauté,
Pithon sa vois, Ceres son abondance.

L’Aube ses dois & ses crins deliés,
Amour son arc, Thetis donna ses piés,
Clion sa gloire, et Pallas sa prudence.


MVRET,

JZ»ani au premier.) 11 dit, que quand (à dame vint au monde, tousles dieus, d’vn commun accord , lui don- nèrent tout ce qu’vn chacun d’eusauoic defingulief. Lefilsdexhée,) Iuppicer fils de Saturne, & de Rhée, autrement nommée Cybele. Pour faire encor d’elle y ne • autre Pandore) Apres que Promethée ,côme i’ai défia dit eut dérobé le feu du ciel, Iuppiter, pour fe venger des homes, donna charge a Vulcan, qu’il fift de terre yneftatue de femme la plus belle qu’il pourroit, &: qu'il l’animaft:ce qui fut fait. A près qu’elle fut animée, par commandement de Iuppiter, vn chacun des dieus lui donna ce qu’ilauoit de plus excellct . Comme Ve- nus la beauté, Pallas la fagefle , Mercure l’eloquence: & les autres dieus de mefme. Or en ce tans la les hom mes viuoient fans peine, & fans fouci : d’autant que la • terre, fans eftre labourée, leur produifoit toutes enofes

d.itj.