Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/57

Cette page n’a pas encore été corrigée


Vtntum erat ad limen,cum yirgo,po fcercfata Temples ,ait:D tus ecce,Dtus.cui taliafanti

*Antt fores ,fubito non yultus y non colcr mas:

Noncompta manfere coma: fcd pethu anhelum ,

Et rabieftra corda tument.m a torque ytderi,

N te mortalt fonans .

La yoiifraude ma bouche.) Ainfi Virgile, Cap tus cia - mcnrfruflraturhiantes.Bcant ,) Ouuranten vain labou- che.fiins pouuoir parlera caufe de trop grande afte- ûion.


Injuste Amour, fusil de toute rage,
Que peut un cœur soumis a ton pouvoir,
Quand il te plaist par les sens émouvoir
Nôtre raison qui preside au courage ?

Je ne voi pré, fleur, antre ni rivage,
Champ, roc, ni bois, ni flots dedans le Loir,
Que peinte en eus, il ne me semble voir
Cette beauté qui me tient en servage.

Ores en forme, ou d'un foudre enflamé,
Ou d'une nef, ou d'un Tigre affamé,
Amour la nuit devant mes yeus la guide:

Mais quand mon bras en songe les poursuit,
Le feu, la nef, et le Tigre s'enfuit,
Et pour le vrai je ne pren que le vuide.


MVRET.

jniujle ^ tmour . )Âu premier quatrein il dit,que fJrooi- ine ne peut refifter a la force d’Amour.Au fecond,que quelque part qu'il regarde, il a touiours la beaute de la dame deuant les yeus. Aus fis derniers vers.qu’ilJa void de nuit en diuerfes fortnes-.mais que quâd il la pe- lé erabrailer, elle f’en fuit. Nojlre raifonquijrtfidt.)

d.ï.