Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/367

Cette page n’a pas encore été corrigée


de mille 8c mille, & mille, Souf- Puis ie me plain d'un portraiâ inutile, 0m>

i

Yr ï **

y. .j... — v y . ’y y — — 4-

pirs, qu’en vain des flacz ie vois tirant, Heureufement mo plaiür bre du vray.queie fuis adorant, Et de fes yeulx qui me vont


martyrant Au fond d’une eau, qui de mes pleurs di Aille

A* un rsnt T.i»rir»nr bruHé d’une flamme oen tille

de mille 8c mille, êc mille SouG» portraiô inuti le.Om-

tirant,Heureufemétmô plai dorâr.Et de fes yeulx qui me

pris, qu’en vain des flacz ie vois bre du vray,queiefuisa

= --ÛaJ



P-Ci — 1 1 i—

1 f 1 A I M 1 « 


SÀ.rÀA À.LJ

^ ' v J. | | w Pf

fîr martyrâc Au fond d’un eau, qui de mes pleurs diftillc. vont dcuoiant Leccur bruflé d’une flamegétilic.

M V - — 0