Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/32

Cette page n’a pas encore été corrigée


Lors que mon œil pour t’œillader s’amuse,
Le tien habile à ses traits decocher,
Estrangement m’empierre en un rocher,
Comme au regard d’une horrible Meduse.

Moy donc rocher, si dextrement je n’use
L’outil des Seurs pour ta gloire ebaucher,
Qu’un seul Tuscan est digne de toucher,
Non le changé, mais le changeur accuse.

Las, qu’ai-je dit ? Dans un roc emmuré,
En te blâmant je ne suis asseuré,
Tant j’ai grand peur des flames de ton ire,

Et que mon chef par le feu de tes yeus
Soit diffamé, comme les monts d’Epire,
Sont diffamés par les flammes des cieus.


MV&ET.

Lors que mo ail) Il dit que quâd il Pamufe a OEiÜaitr,y c’eft a dire a regarder la dame., kril d’icelle, L'empier- re.)C’eft a dire l’endurcit, & le tourne en vn rocher. Et parainfî que fi lui efiant mue en rocher, ne loue di- gnement fâ dame , elle f en doit prendre a foimefine, qui le tranfforme ainfi.Puis tout acoup fe reprend d*a- uoirfi audacieufement parlé :& dit que combien qu’il foitainfî endurci , toutesfoisil ne Te tient pas aflêuré, par ce que le foudre des y eus de Cafiàndre eft aflfes fort pour penetrer mefme les rochers. Medufi. )Phor que fils de Neptune entre autres enfanseuftfis filles defquelles trois furent nommées les Vieilles, parce qu’elles naquirent auec le poil tout blanc: les autres trois furent nommées Gorgones, pour lahideufefor» me qu’elles eurent: car Gorgon ea Grec efi a dire ter- rible & hideus a voir. Les trois Vieilles fe nommoient