Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/308

Cette page n’a pas encore été corrigée


/

i

t

•i


I

DE P. DE RONSARD» l6l

Ou fous labride quelque antre fourchu Diuin Muret ,tu nom liras Catulle,

Ouide, Galle, CT Properce, çr Ttbulle,.

Ou tu ioindras au sifire Teien Le vers mignard du harpeur Lesbien, Oufueillctant vn Homcre pim braue.

Tu nous liras d'une maiefié graue. Comme Venm couurit d'une ejfeffeur la demy-mort le Troien rauiffeur, Quand M enclos, le plus petit ^Atride, En lieu du chef, eut la Jalade vuide:

Puis comme Heflor dejfous vn faus hamois TuaPatrocle, cr comme les Grégeois Vemi-brule's de la Troienne famé,

Prioient ^Achil dépit pour vne femme.

Puis comme lui nouucllement armé JD' vn fer diuin, contre Heflor animé Le fit bruncherfurfa natiue poudre. Comme vn Pin tumbe acablé de la foudrt. kA ces chanfons les chefhes oreille's , xAbaijferont leurs chefs emerueillés.

Et PhtlomelLe en quelque arbre efgarée N'aura fouet du peche de Tcree,

Et par les pre's les étonnés ruiffeaus Pour t'imiter acot feront leurs eaus .

P an le comu,dous effroi des Driadcs,

Et les Siluains,autre effroi des Naïades, ' S auront par cœur les accens de ta vois Pour les aprendre, aus rochers Cr arts bois,

ir.h

• i

H

V **

1