Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/305

Cette page n’a pas encore été corrigée


258 ODES

Francs de la Bifi:cr des roches hautaines Touioitrs anal gazouillent les fontaines .

La, comme ici,l'auarice n’a pas Lomé les chams,ni d’vn effort de bras, tsïuec grand bruit, les Pins on nercnucrfi.

Four aler voir d'vne longue trauerfi Quelcju' autre mondetains tamàis decouuers On ne les voit de leurs ombrages vers ,

Far trop de chaut,oupar trop de froidure.

Jamais le loup pour que fier fa pajlure. Hurlant au fotr,ne vient e far oticher Le fèur b e fl ail, a, l’heure du coucher: v /fins fins p a fleur, O" fans qu'on lui commande. Bêlant aigu, de fin bon gré demande j Que Ion l'ameiilcfCr de lui mefine tend Son pis enflé, qui doublement s'étend.

La, des dragons les races, écaillées Dormans aus bors des nues emaillées.

Ne font horreur à cellui qui feulet Va par les pre's s'ourdir vn chapelet:

Mi la, du ciel les menaces cruelles, la rouge pluie, cr les fanglantes grelles.

Le tremblement, ni les foudres grondais.

Ni la comete aus Ions cheueus pendant.

Ni les éclairs des enfiufrés tonnerres kAu peuple oift fl ne predifent les guerres, \ .

Libre de peur de tomber fins la main D’vn Sénat rude, ou d’vu Prince inhumain.

Le vent pouffé dedans les conques fortes '

V