Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/296

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE P. DE RONSARD.

Combien de fou ce Peleide Fcfufa les prefns il' yCtriie Pour appointer,combien encor ’

De Prifonmeres Lesbiennes ,

Et de cites Mycentennes Et combien de cheuaus,çr d'or?

Tandis H etlor a rmoit la rage sûT .

L'horreur ,cr le Troien orage Contre les Grecs, cr d'vne part D' vn grand caillou froiffa Laporte, '

Et de l’autre, du feu qu'il porte Darda Le foudre en leur r amp art.

De quelque coffe qu'il fe tourne,

Bellone autour de lui feiourne Faifant cou'er Xanthe tout roua Du fang des Grecs, qui par la plaine Enduraient ,innocens, la peine De ce dommageable courrons.

O monde h e tire us, fi Promethee D'argile en fs doits retatee le cœur ne nous auoit formé 7 Le trampant dans l’eau Stygienne,

Et dans la rage Lybienne D'vn cruel lion affame'.

Certenement la vierge ^fjlre'e

tü*