Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/291

Cette page n’a pas encore été corrigée


gabonde par la mer,iufqu'â ce qu’ApolIon 1' nîquîth. quel la rendit f‍iable. Voi Vergile fur le commence.

- ment du 1 x l- de l'Eneide. Pythonfmtit. Ayollon, dés qu'il fut né, rua le fcrpcn: Python. Voile premier de: Meramorfofes. Daf‍in,LaquelIe,comme i'ai dit deuil. fut changée en laurier.


Bien que ton trait, Amour, soit rigoureus,
Et toi rempli de fraude, & de malice,
Aßés, Amour, en te faisant seruice,
Plus qu'on ne croit, i'ai vescu bienheureus.

Car cette la, qui me fait langoureus,
Non, mais qui veut, qu'en vain ie ne languisse,
Hier au soir me dit, que ie tondisse
De son poil d'or un lien amoureus.

I'eu tant d'honneur, que de son ciseau mesme
Ie le tranchai. Voiés l'amour extreme,
Voiés, Amans, la grandeur de mon bien.

Iamais ne soit, qu'en mes vers ie n'honore
Ce dous ciseau, & ce beau poil encore,
Qui mon coeur presse en un si beau lien.

M V R E T. rie» gueton mit.) Par ce Sonet.voit-on, ne les a; nom-eus font fouucnt grand cas de bien peu e cholè.


Si hors du cep ou je suis arreté,
Cep ou l’Amour de ses fleches m’encloüe,
J’echape franc, & du ret qui m’ennoüe,
Si quelque fois je me voi déreté.

Au coeur d’un pré loin de gens écarté,
Que fourchument l’eau du Loir entrenoue,